Cafe Society ***

La cuvée 2016 de Woody Allen ? Un millésime savoureux, plein de malice, d'un grand classicisme : plutôt Saint Emillion élégant que surprenant vin du sud ouest, d'une caudalie limitée, mais aux arômes nombreux et divers.

Après les délicieux Homme irrationnel et Magic in the moonlight, le vieux (pas si) sage new yorkais, nous revient cette année pour sa traditionnelle livraison annuelle. Pour la 13ème fois, le film est présenté à Cannes hors compétition (le bon Wood d'avouer qu'il serait capable de se rouler par terre s'il n'obtenait pas la palme d'or), et s'attire les louanges de la critique. Mais que se cache donc derrière cet énième long métrage ?

Plongé dans les années 1930 à Hollywood, le film nous emmène dans les pas du jeune Bobby (Eisenberg) qui pour se faire une place sur la côte ouest fait appel à son oncle (Steve Carell), agent de star influent. Ce dernier lui flanque sa séduisante secrétaire dans les pattes pour découvrir Los Angeles et ses rouages. Très vite le jeune Bobby succombe au charme de la délicieuse Vonnie (Kristen Stewart) qui s'avère être la maitresse de son oncle...

Le scénario rappelle vaguement un film méconnu mais très efficace de Billy Wilder (Sabrina, 1954) ou Audrey Hepburn et Humphrey Bogart se donnaient la réplique. Comme souvent avec Woody Allen, le point fort du film réside dans la direction d'acteur et l'interprétation des comédiens. Kristen Stewart joue à contre temps dans un style presque anachronique et prouve une nouvelle fois (après le Sils Maria d'Olivier Assayas) qu'elle peut faire bien plus que la simple égérie de Twilight. Steve Carell confirme lui aussi (après le merveilleux Foxcatcher de Bennett Miller) qu'il ne se cantonne pas aux comédies bouffonnes. Mais c'est bien à l'impeccable Jessie Eisenberg que reviennent le mérites principaux pour l'ampleur de sa palette de jeu.

Séparé de son habituel chef opérateur (le très grand Darius Khondji), Woody Allen, réussit une nouvelle fois un film d'une grande beauté visuelle, avec une patine très personnelle où les tons jaunes, orange, rouge, explosent en permanence.

Très classique dans sa facture, Cafe Society n'est peut-être pas le meilleur Woody Allen de ces dernières années, ni le grand film que certains critiques s'emballent à annoncer. Néanmoins, il s'agit d'un vrai moment de plaisir et de cinéma tricoté par l'un des metteurs en scène les plus éternellement jeune du paysage.

Note : 3,5/5

Réalisateur : Woody Allen

Acteurs : Jessie Eisenberg, Kristen Stewart, Steve Carell

Scénario : Woody Allen

Chef opérateur : Vittorio Storato

Date : 2016

Nationalité : USA

Films liés : Discographie de Woody Allen, Sabrina (Billy Wilder,1954)

Retour à l'accueil